Ma vie rêvée

10 avril 2009

Joyeuses Pâques!

Je viens vous souhaiter de joyeuses fêtes de pâques en famille, la chasse aux oeufs est ouverte!

EA_00004_C_Paques_fillette_deguisee_en_lapin_et_ufs_Affiches

Posté par elfedesforets à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 mars 2009

Si vous étiez...

Carte_Etang_Roses_06

Une fleur: Une belle rose rose à l'ancienne

Un prénom: Cléophée...tendre, original, j'adore! Si mignonne petite fée qui viendra un jour égayer mon quotidien...

Un parfum: Mure et Musc de l'Artisan Parfumeur

Une chanson: L'encre de tes yeux...

Puisqu'on ne vivra jamais tout les deux
Puisqu'on est fou, puisqu'on est seul
Puisqu'ils sont si nombreux
Même si la morale parle pour eux

J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux

Je n'avais pas vu que tu portais des chaînes
A trop vouloir te regarder
J'en oubliais les miennes
On revait de Venise et de liberté

J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
C'est ton sourire qui me l'a dicté

Tu viendras longtemps marché dans mes rêves
Tu viendras toujours du côté où le soleil se lève
Et si malgré ça j'arrive à t'oublier

J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
Aura longtemps le parfum des regrets

Mais Puisqu'on ne vivra jamais tout les deux
Puisqu'on est fou, puisqu'on est seul
Puisqu'ils sont si nombreux
Même si la morale parle pour eux

J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux



Un meuble: une coiffeuse ancienne en pin

Une voiture: une smart, ou un coupé cabriolet...

Une couleur: bleu, comme l'océan, les dauphins...

Une chaussure: mes bottines ash fourrées, mais aussi mes escarpins gris vernis Minelli...

Un film: L'étrange aventure de Benjamin Button récemment, et Thelma & Louise

Et vous alors, je me désigne personne mais chacun d'entre vous qui voudrait en dire un peu plus sur lui avec ce "Si vous étiez"...

Posté par elfedesforets à 11:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 février 2009

bonheur d'un brunch...

Autour du petit déjeuner, qui s'étire en déjeuner...bonheur d'un brunch où le temps n'a plus d'importance, où la meringue aux pralines fond doucement dans la bouche...

PICT0111



PICT0109

Posté par elfedesforets à 13:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 février 2009

la crise...espoir et desepoir

inflation_zone_euro_crise_economique

C'est la crise, dans les foyers, dans les coeurs...elle s'installe et prend racine. Rien qu'à l'implusion d'un doigt, on l'entend, elle est là, partout, comme une fouine, sur l'écran de télévision, au coin de la rue...On y pense sans vraiment y penser, on continue a vivre, on se dit que peut être elle apportera la différence, le changement...

On y croit et puis un jour, un jour de plus où l'on est préssé, qu'il faut vite partir pour ne pas arriver en retard au bureau, on entend sonner à la porte, c'est la factrice, qui pourtant ne daigne jamais monter les paquets d'habitude, et bien elle est là, juste en face de nous et nous tend une enveloppe à signer... notre lettre de licenciement avec accusé de reception. Et oui elle ne touche pas que les autres cette vermine, c'est comme la peste au moyen-âge, elle se propage à la vitesse de l'éclair. Pourtant nous, on est propre, on est digne, mais on est comme les autres, on pensait y réchaper, passer entre les mailles du fillet, mais là on est abasourdi, on ne l'avait pas pensé si maligne, si insidieuse...elle a réussi a nous filer une sacrée trouille.

Alors il faut réagir, se remettre en question, réfléchir...toujours voir le positif. Peut être savoir tirer parti de cette mauvaise passe, savoir rebondir et changer de direction, partir vers le vrai, notre vrai. Et si notre vrai était vraiment de faire ce qui nous fait plaisir, travailler pour soi, choisir d'élever ses enfants, couper son bois, faire ses bijoux, ses yaourts et son pain...et si la vrai vie c'était ça, juste savoir prendre son temps et partager, échanger avec ses proches. A quoi bon travailler dans une entreprise où l'on ne connait même pas le patron, où l'on intervient comme un énième petit soldat au sein d'une énorme multinationale sans visage. Alors oui finalement elle aura peut être eu ça de bon, cette crise, nous faire ouvrir les yeux sur le bien fondé de notre société, sur le sens de notre vie.

Posté par elfedesforets à 12:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 février 2009

Valentin

Ce joli prénom tout doux me laisse rêveuse.

Il m'arrive de repenser à lui, ce gentil garçon d'à peine 12 ans, mon valentin à moi. Nous étions dans la même classe et je me souviens encore de son regard bleu et malicieux.

Aujourd'hui je ne sais pas si je le reconnaitrai, nous avons grandi...mais j'aime l'imaginer...Aventurier, charmant et tendre, un peu baroudeur, oscillant entre personnel naviguant et photographe reporter...

Qui sait, n'a t' il jamais existé ou es ce mon imagination qui me joue des tours? Il restera pour moi, comme un hymne à l'amour, le symbole parfait de l'attirance entre deux être.

amourancienzw2

Posté par elfedesforets à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2009

Apologie du parfum

rk8p8rq7

C'est comme une partie de moi-même, un être à la voix douce et suave, mélancolique  à ses heures, tendre et romantique, sucré mais aussi puissant et prenant. C'est un peu tout ça à la fois et tellement d'autres choses en même temps. Comme une extension de moi-même, un aperçu extérieur. Fascinant et troublant, interchangeable à volonté, selon les saisons, l'heure de la journée et l'envie du moment.

Quand je sens l'été arriver et poser sur ma peau ses reflets dorés, j'ai envie de légèreté, d'agrumes et de féminité alors j' hume sans détour, sans peur de trahir les jus qui se présentent a mon nez. C'est souvent sur cette émotion de nouveauté, de coup de foudre, par essence éphémère, que va naître en moi l'addiction. Quand je sens à son détour, l'effluve d'un parfum enivrant remonter à mes narines, je sais de suite, c'est catégorique, un oui ou un non, il n'y a pas de juste milieu dans ces choix là. Tous, mes préférés, ceux qui sont toujours là, je les ai découverts portés par d'autres, toutes plus belles les unes que les autres. Chacun a son histoire, une année de référence, un lieu où l'on s'est aimé.

Comment oublier la toute jeune fille tourbillonnant avec délice dans le sillage frais et impertinent de Baby doll, il y a longtemps déjà...je me souviens...Aujourd'hui j'aime le sentir, venir à nouveau poser mon nez sur son odeur, mais le porter est devenu plus difficile. Peut être trop sucré, trop doux, trop ludique, trop... mais c'est toujours avec bonheur que je reviens le humer, comme un grand amour qu'on ne peut jamais oublier.

C'est au détour d'une odeur, sentie sur un cou amoureux, que j'ai aimé Ô Oui de Lancôme, comme une parenthèse émerveillée par cet amour transcendant. Je me souviens de sa fraicheur, de sa pureté et de sa candeur, c'est étrange comme ces adjectifs s'accordaient à merveille à ce jeune homme qui le portait. Ne l'approprier était pour moi faire corps avec lui, n'être plus qu'un...quel bonheur qu'un parfum mixte! Je l'aime toujours autant cette belle et fraiche eau d'agrumes qui me rappelle, rien qu'à  l'odeur, comme un clin d'oeil, cette première fois.

Et puis il y a eu l'épisode Guerlain, quand on commence à grandir, qu'il faut choisir... Moi j'ai choisi Shalimar, ce nom plein d'exotisme à la frontière entre érotisme et amour fou. Senti à plusieurs reprises sur le passage d'une même femme, j'ai voulu le toucher, le connaître, comme j'aurais aimé la connaître. Et tout de suite j'ai adoré, adoré me sentir femme, évoluer dans ce royaume d'audace et de sensualité. Il m'a suivi de nombreux étés, avec quelques infidélités! Pour des effluves de passages dont j'ai oublié les noms... J'y suis souvent retournée, à cet amour partagé entre lui et moi, un peu capiteux, un peu tortueux mais tellement présent, tellement là. De tous, c'est bien le seul que j'ai décliné dans tout ses états, comme eau de parfum en vaporisateur de sac, eau de toilette dans son immuable flacon de verre et bleu, et aussi en simple "eau" d'été, plus fraiche, plus légère, plus facile aussi. Car porter Shalimar n'est pas toujours simple, il faut oser, oser avancer, se démarquer, avoir du caractère...et je ne suis pas toujours à sa hauteur!

Je me suis laissée tenter par l'eau du soir, telle une jolie femme à qui j'aurais aimé ressembler. C'était capiteux aussi, plus fleuri que Shalimar, chic à la fois, différent en somme. Et quand j'ai vu le flacon, je n'ai pas su résister, ce bouchon sculpté à l'or fin allait de pair avec l'odeur d'un floral chypré qui tient bien sur ma peau. J'ai aimé la sensualité qui s'en dégage, cette odeur particulière reconnaissable entre mille. Il a donné lieu à de nouvelles expériences olfactives, de nouvelles rencontres, en quelque sorte un passage obligé vers un état autre, que j'aurais aimé plus léger, plus drôle, sans être classique...

Et c'est tout naturellement que c'est imposé, ces dernières années, une odeur fruitée et chaude à la fois. Un sillage que je voulais intense, dans l'esprit de Shalimar, mais plus gourmand et plus rare, où je puisse me protéger dans l'innocence d'un souvenir d'enfance à l'ambiguïté charmeuse, à la sensualité provocante. J'ai parlé de "Mure et Musc extrême" de l'artisan parfumeur dont je ne me lasse pas.

Papillon que je suis, certains Chloë et autres Annick Goutal me font de l'oeil et je pense à eux quelques fois...jamais bien longtemps...pour l'instant...

Posté par elfedesforets à 18:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 janvier 2009

Savoir encore écouter...notre musique intérieure

La musique divine ne cesse jamais de faire entendre ses harmonies en nous mêmes,
mais la vie des sens est si bruyante qu' elle noie cette subtile mélodie,
différente de tout ce que l' ouïe peut discerner et infiniment supérieure à toute réalité sensible.

mahatma_gandhi_ji_india

Mahatma Gandhi

Posté par elfedesforets à 02:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 janvier 2009

Un blog pour écrire...

...des morceaux de vie, des moments qui m'ont plu...
Un blog pour partager et s'exprimer, revenir souvent, découvrir et s'enthousiasmer!
Ce doit être tous ça a la fois! Comme des brides d'une conversation interrompue, des petits mots par ci par là, pour partager son quotidien, ses petites joies et ses grandes peurs.
Alors je me lance, et pourquoi pas Ma vie rêvée!

La vie rêvée des Anges, au détour d'un chemin de campagne, rime avec nature, calme et douceur...

PICT0027

Et j'aperçois, perché la haut, cet ange musicien!

34995642_p

Posté par elfedesforets à 01:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]